Carnet à Spirale
   
QQOQCP
 
   
 Transsibérien
 Moscou
 Sibérie
 Mongolie
 Pékin
 
 Liens
 Carnet à spirale
 
 

MongolieBien blottie sous la couette et la couverture, je n’ai pas sentie le froid. Mais maintenant, que c’est dur de quitter ce cocon bien chaud. Dommage qu’il faille déjà retourner en ville, je serais bien restée encore un peu. Le retour jusqu’au minibus se fait à pied et la traversée des rivières sur des troncs d’arbres posés en travers : pas le moment de rester le nez en l’air. Au revoir tout le monde et merci pour cet accueil si chaleureux. En revenant à Oulan Bator, nous passons par l’hôtel prendre une douche : nous ne sommes pas de vrais nomades. Nous allons ensuite déjeuner dans un restaurant chic : gros contraste de décor par rapport à hier. MongoliePauvre Danièle, elle ne pourra pas profiter de ce repas raffiné et devra se contenter d’un bol de riz. Après Maurice et Colette, la voilà à son tour rattrapée par ce mal des touristes.

Au programme de l’après-midi : shopping. Nous rendons d’abord visite à une élégante boutique spécialisée dans les vêtements en cachemire, fabriqués dans le désert de Gobi. Je trouve un pull multicolore et original, mais il n’y en a qu’un et il est hélas trop petit pour moi, comme la plupart des pulls pour femme du magasin. Il faut dire que les mongols sont un peu comme leurs chevaux… Nous allons ensuite dans un grand magasin : cinq étages façon Nouvelles Galeries. Le dernier étage est exclusivement consacré à l’artisanat traditionnel mongol : un large éventail de souvenirs plus ou moins kitch rassemblés à l’attention des touristes. MongolieLa Mongolie grimpe au palmarès des destinations en vogue et les mongols l’ont bien compris.

Au rez-de-chaussée se trouve un supermarché, pas si différent du Champion de Pechbonnieu, mais en même temps très dépaysant : on y trouve de grandes marques internationales (Pampers, Palmolive, Nescafé…) côtoyer des produits nettement plus couleur locale. Nous y faisons quelques emplettes en prévision de notre prochain départ pour Pékin. Nous tombons par hasard sur Tsogi et Yan, qui ont pris le temps auparavant de faire un aller-retour en taxi pour nous ramener des casse-têtes du même type que ceux que nous avons expérimentés au camp. C’est vraiment adorable de leur part, n’est-ce pas ?

MongolieAu programme de la soirée : spectacle de musique, chants et danses traditionnels. Cela se passe dans un théâtre à la déco un peu rétro, avec canapés moelleux autour de petites tables de salon. En prime, une boisson est offerte. La représentation est éblouissante. Les costumes sont somptueux, les danseurs sont remarquables, les musiciens n’ont rien à envier, d’un point de vue musical, à certains de nos orchestres classiques et les chanteurs : mais comment font-ils pour sortir ces sons étranges, venus d’ailleurs ? Les instruments de musique m’intriquent aussi, je n’en avais jamais de pareil. Ce sont principalement des instruments à cordes. Il y en a un très grand à cordes frappées, à la manière d’un xylophone. Il y en a à cordes pincées, soit à plat comme une longue cithare, soit comme une sorte de guitare avec un petit ventre tout rond et un long manche. Il y en a à cordes frottées, avec un long archet tenu un peu comme un stylo. morin khuurL’un se joue debout, à la manière d’une contrebasse, l’autre se joue assis, l’instrument calé sur les genoux, mais presque vertical, avec un manche très long aussi et deux cordes seulement. La caisse de résonance de ces deux derniers est trapézoïdale, avec des ouïes de la même forme que sur un violon classique. Je pense à Pauline, ma petite violoniste. À propos de violons, on en vendait des tout neufs, dans le grand magasin de tout à l’heure : surprenant, non ?

Après ces émotions artistiques, nous allons reprendre des forces… au restaurant. Les brochettes de bœuf sont excellentes, c’est vrai que les Mongols ont de la très bonne viande. Mais j’espère que mon estomac résistera à ces excès alimentaires. La nouvelle du jour, que j’allais oublier, c’est qu’Éric, en relevant ses mels ce matin à l’hôtel, en a reçu un particulièrement savoureux : il vient de la CCI du Gers pour signaler que la date limite de réponse à la consultation est repoussée au 15 juillet. Cela nous fait bien rire…

page suivantehaut de page